Blog

Retrouvez l’énergie grâce aux arbres.



Attirée par les arbres dès l'enfance...


D’aussi loin que remontent mes souvenirs, j’ai toujours été attirée par la forêt, ses arbres, ses senteurs humides et douces.

Petite, j’habitais au coeur de Paris, dans un immeuble qui jouissait d’un petit parc intérieur. Une petite bulle de verdure au milieu du béton. J’aimais y jouer avec mes amies de l’immeuble.


Mais ce que j’aimais par dessus tout et que j’attendais avec impatience était l’arrivée du dimanche. Dimanche rimait avec ballades en vélo au milieu de la forêt. Mes parents m’emmenait chaque week-end passer des journées entières dans la forêt de Rambouillet. Je me souviens encore de ces pistes cyclables interminables où nous partions vers 9h et n’en revenions qu’en toute fin d’après midi. Comme cela était bon, toutes ces heures au milieu des arbres.

C’est au sein de cette forêt, que j’appris le vélo à l’âge de 8 ans. Et je me rappelle encore, le sourire aux lèvres, de la frayeur de maman qui me disait sans cesse « arrête de fixer les arbres, tu vas encore leur rentrer dedans »…car oui, en effet, dès que je fixais un arbre trop intensément j’avais tendance à finir par ne plus contrôler mon vélo et finir dedans !


Pendant cette partie de mon enfance, je me sentais bien, pleine d’énergie et de joie de vivre.


Adulte, et totalement amoureuse...


Puis, j’ai grandi et j’en ai oublié ces petits plaisirs simples de la vie. J’ai peu à peu arrêté de rechercher la nature, trop entraînée par le rythme effréné de la vie parisienne…jusqu’à me sentir déconnectée de moi même.

J’ai déménagé à plusieurs reprises et j'ai fini par habiter dans un petit village à l’orée de la forêt. Comme cela était bon de retrouver cette sensation de solitude au milieu de cette végétation que j’aimais tant.


Aujourd’hui, je voue une véritable fascination pour les arbres. Je les regarde et les admire. La plupart étaient là avant ma naissance et seront encore là bien après moi. Qu’est l’homme face à eux ? Nous, êtres instables et parfois destructeurs, eux, sources d’énergie inépuisable, traversant milles tempêtes et toujours si calmes et majestueux.


Souvent, lors de mes promenades dans les bois, j’aime enlacer un arbre, fermer les yeux, savourer… Ou alors, m’assoir au pied d’un beau centenaire et y méditer, bercée par le vent. Cela fait tellement rire mes enfants qui ne peuvent s’empêcher de me taquiner à l’approche d’un bel arbre. Mais le fait est que je me sens ressourcée après cette expérience. A chaque petit coup de mou, à chaque moment de tristesse ou de fatigue, je retourne près des arbres afin de retrouver l’énergie vitale que mon corps me réclame.


Des études ont été menées...


Longtemps, je n’ai pas compris l’attrait que les arbres avaient sur moi. Puis, j’ai découvert que des études avaient été menées sur les bienfaits des arbres chez l’homme.


En 2004, à travers une étude, l’Agence responsable des forêts au Japon a démontré que le sang de personnes ayant marché dans les bois contient un taux de cortisol beaucoup plus bas que celui de personnes ayant couvert la même distance en ville. Or, le cortisol est considéré comme l’une des principales hormones du stress. Roger Ulrich, qui étudie le comportement humain à l’université A&M du Texas note également que les patients guérissent plus vite quand leur chambre donne sur un espace vert. Ces derniers souffrent moins de nausées et prennent moins d’analgésiques.


De récentes recherches ont démontré que les arbres émettent des vibrations dont les effets sont bénéfiques pour notre santé.


Chaque arbre de la forêt produit environ 7 litres d’oxygène quotidiennement. L’homme n’a besoin que d’environ un demi libre par jour. La forêt produit donc de l’oxygène bien au delà des besoins de l’homme. De plus, l’oxygène qui sort de chaque feuille est anionisé, ce qui veut dire qu’il produit des ions négatifs. Les ions négatifs présentent trois bienfaits : ils favorisent la dilatation des vaisseaux sanguins, améliorent l’oxygénation des tissus et permettent de lutter contre le stress.


Promenez-vous...


Je ne peux donc que vous conseiller de vous promener dans la nature, les bois, les forêts…Non seulement la marche vous permet d’exercer une activité physique, mais la pratiquer en pleine nature réduira votre stress et vous apportera énergie et vitalité.

Et à l’occasion, prenez le temps de poser vos deux mains sur un arbre, fermez les yeux, collez votre oreille et laissez vos sens vous guider. Ecoutez, respirez, ressentez le contact sous vos doigts. Ou bien asseyez vous contre lui, fermez les yeux et videz votre mental quelques minutes. En fermant les yeux, découvrez et profitez de vos autres perceptions et goutez à ce petit bonheur.



A l'affiche
Archive